«Eine Präsenz in der Deutschschweiz ist für schweizweit führende Akteure der institutionellen Vermögensverwaltung unerlässlich.»

Foto Stefan Bichsel hoch

Stefan Bichsel
Banque Cantonale Vaudoise

Stefan Bichsel, seit dem 1. Mai 2009 Generaldirektor der Division Asset Management & Trading der Banque Cantonale Vaudoise (BCV), weiss, dass den institutionellen Kunden die Kompetenz, Zuverlässigkeit und Stabilität ihrer Bankpartner sehr wichtig ist. Mit Stabilität meint er nicht bloss finanzielle Solidität, sondern auch Konstanz bei den Mitarbeitenden – zwei Aspekte, auf die die BCV besonders grossen Wert legt. Für Stefan Bichsel sind sie ein Schlüssel zum Erfolg. Der ausgebildete Jurist mit Anwaltspatent begann seine Banklaufbahn bei UBS und arbeitete später für Pictet, Robeco und Lombard Odier. Er war zudem der erste CEO von Swissca, der späteren Swisscanto. Weiter war er Präsident der Swiss Funds Association (SFA, heute SFAMA) und der European Fund and Asset Management Association (EFAMA). Laut Bichsel beruht der Erfolg des Asset Managements der BCV auf einer mittel- bis langfristig ausgerichteten Vermögensverwaltung, die es versteht, Kurs zu halten. Darüber hinaus ist es wichtig, neugierig zu bleiben und auf Turbulenzen flexibel zu reagieren. Wer schweizweit zu den führenden Akteuren der institutionellen Vermögensverwaltung gehören möchte, muss zudem in der Deutschschweiz präsent sein. Die Zahlen sprechen diesbezüglich für sich: Von den im Rahmen der beruflichen Vorsorge insgesamt verwalteten CHF 890 Mrd. entfallen lediglich 20% auf die Romandie.

 

Stefan Bichsel, comment définissez-vous le succès ?

Mon idée du succès repose sur trois piliers : des clients satisfaits, des collaborateurs compétents, satisfaits et stables ainsi qu’une rentabilité assurant la bonne dynamique des affaires. Ces trois piliers sont indispensables à la génération des succès dans la durée.

Quelle a été la meilleure décision de votre carrière ?

Une des bonnes décisions de mon parcours professionnel a été d’accepter l’offre des banques cantonales de monter, en 1993, Swissca, devenu par la suite Swisscanto. Un autre très bon choix a été de rejoindre la BCV dont les valeurs me parlent et qui sont appliquées au quotidien.

Avez-vous déjà regretté une décision?

Oui, c’est inévitable dans une vie professionnelle. Il faut juste en tirer les leçons.

Quelle personne vous vient à l'esprit lorsque vous entendez le mot «performant» ?

Bill Gates. Le fondateur de Microsoft a finalement réussi à changer le monde. Sa technologie a profondément modifié la manière de travailler d’une immense partie de la population mondiale. Et aujourd’hui, avec sa Fondation, il est devenu un des grands mécènes actifs sur la planète.

Quelle est l'importance des médias sociaux pour vous ?

Je dois avouer que les réseaux sociaux prennent très peu de place dans ma vie personnelle au jour le jour. En revanche, sur le plan professionnel, leur rôle va croissant. Les asset managers ne peuvent plus ignorer ce canal de diffusion de contenus, que ce soit pour s’informer ou pour informer les autres.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus et le moins dans votre travail ?

Ma satisfaction au travail découle de contacts avec des clients et avec des collègues et collaborateurs motivés et compétents. Je suis fier que nous ayons su développer une vraie culture d’asset manager au sein de la Banque. Ma division possède une vaste expérience tant dans la gestion de fonds que dans les mandats institutionnels à travers toutes les classes d’actifs. Elle propose aussi un service intégral ou à la carte en matière de prévoyance professionnelle (actif et passif), notamment au travers de la Fondation BCV 2e pilier, fondation collective dont la création est antérieure à celle de la LPP. Le côté moins attrayant de notre métier est de voir la croissance ininterrompue de la règlementation qui doit être intégrée dans notre travail quotidien, mais dont la pertinence n’est pas toujours évidente.

Quelle est votre destination préférée ?

La Normandie.

Quel livre lisez-vous actuellement ?

Je viens de terminer Sapiens de Yuval Noah Harari. J’ai enchaîné avec Homo Deus du même auteur.

À quelle fréquence regardez-vous votre téléphone quotidiennement ?

Trop souvent…

Quelle était votre discipline favorite à l’école ?

L’histoire.

Quel fond d'écran avez-vous sur votre téléphone portable ?

Mon chien.