Portrait du mois

Header Bild Kopf des Monats

"Le mélange "de la science et de l'art" est unique dans l'Asset Management."

DSC 0837

Philipp Bärtschi
Responsable de l’Investment Management, Bank J. Safra Sarasin

Philipp Bärtschi est responsable de l’Investment Management de la Banque J. Safra Sarasin. Depuis l’année 2016 il est en charge de toutes les équipes d’investissement de l’Asset Management de l’institut. Philippe Bärtschi travaille auprès de la Banque J. Safra Sarasin depuis 2006. Avant cela, il a travaillé pour Threadneedle Asset Management à Londres et pour Zurich Financial Services à Zurich. Philipp a été nommé Chef Stratégiste et président du Comité d’Investissement en 2009. En 2013, il a été promu Chief Investment Officer (CIO) de la Banque J. Safra Sarasin.

 

Philipp Bärtschi, nous allons commencer cet entretien par un petit retour en arrière: quelle a été la meilleure décision de votre carrière?

Je pense qu’il est important d’être ouvert aux opportunités qui se présentent à vous et d’être disposé à essayer de nouvelles choses. J’ai eu la chance de saisir une opportunité de ce genre très tôt dans ma carrière : la possibilité de rejoindre une société d’Asset Management à Londres. Les années que j’ai passées à la City m’ont permis d’étendre mes horizons, tant sur le plan professionnel que personnel.

Qu'est-ce qui vous motive ?

J’ai toujours été fasciné par les marchés financiers et j’ai eu la grande chance de pouvoir faire de mon hobby ma profession. Chaque jour apporte son lot de surprises. Il faut se pencher sur ce qui s’est passé et essayer d’interpréter les choses. J’apprécie énormément de travailler dans un domaine qui nécessite une combinaison d’expertise technique, un savoir-faire affiné par l’expérience ainsi qu’une capacité à interpréter les événements. Un tel mélange de science et d’art est unique.

Sur quelles valeurs vos actions quotidiennes, vos décisions, vos plans sont-ils basés ?

Pour me guider, j’utilise souvent un passage de la Bible qui décrit les attentes de Dieu pour son peuple : « pratique la justice, aime la miséricorde, et marche humblement avec ton Dieu. » (Michée 6, 8). Dans ma vie quotidienne, j’essaie de faire ce qui est juste et droit, de traiter les autres avec respect et de ne pas me prendre trop au sérieux.

Quels principes directeurs poursuivez-vous ?

Un des autres principes que je suis – outre celui mentionné plus haut – est : « on récolte ce que l’on sème ». En d’autres termes, cela veut dire aussi que chacun est responsable de son propre destin. En tant que manager, je fixe les objectifs qui doivent être atteints. J’essaie de mettre en place un cadre de travail optimal et considère qu’il est de mes responsabilités de soutenir les membres de mes équipes et de les aider à atteindre ces objectifs. Cependant, chacun est responsable de réaliser ses propres tâches et d’atteindre le niveau de performance fixé.

Qu'est-ce qui vous a poussé à faire ce que vous faites aujourd'hui ?

Mes premiers contacts avec les marchés financiers remontent à mon enfance car mon père travaillait dans une banque. L’achat et la vente d’actions m’ont fasciné dès le plus jeune âge. C’est à 10 ans que j’ai acheté ma première action et que j’ai commencé à lire des commentaires sur les marchés. Mon intérêt a été temporairement « refroidi » par le crack boursier de 1987 mais au moment de choisir quelles études entreprendre, il était clair pour moi que je voulais étudier l’économie afin de mieux comprendre le fonctionnement de l’économie en général et des marchés financiers en particulier.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail (et le moins) ?

Les marchés financiers sont plein de surprises. Ils nous permettent de suivre les grands événements de notre monde mais aussi de découvrir et d’étudier de nouvelles tendances et des thèmes passionnants. Je trouve très stimulantes les discussions avec les membres de mes équipes et avec des spécialistes du monde entier. Les aspects moins agréables de mon travail sont les tâches liées à la régulation, qui semblent toutes deux prendre de plus en plus d’importance malgré les progrès technologiques qui devraient pourtant nous soulager dans ces domaines.

Où trouvez-vous l'équilibre dans votre temps libre ?

J’apprécie énormément les activités en plein air et le fait d’être loin de la frénésie des grandes villes. Pour me détendre et me ressourcer je pratique la randonnée, la natation dans le lac ou le golf. Le meilleur moyen de s’évader reste de dévaler des pistes de poudreuse en snowboard !

De quoi ne pourriez-vous pas vous passer dans la vie ?

Le sommeil ! Pour être performant, je dois dormir beaucoup. Je ne crois pas aux vertus des courtes nuits. Au contraire, pour moi, c’est une qualité de se coucher tôt.

Que recommanderiez-vous à un junior dans la gestion d'actifs aujourd'hui à votre jeune soi ?

Si la personne est passionnée par les marchés financiers, c’est un bon début. Au-delà de la passion, je pense qu’il faut aussi pouvoir démontrer de la performance et faire preuve d’endurance si l’on veut s’assurer une belle carrière. Je dirais qu’il ne faut pas se fixer de but trop spécifique au départ mais qu’il faut rester ouvert aux opportunités et savoir les saisir. Etre au bon endroit au bon moment ne peut pas se forcer…

De quoi êtes-vous reconnaissant ?

Chaque journée est un cadeau. Je suis reconnaissant pour la vie qui m’a été donnée et pour toutes les opportunités qu’elle recèle. C’est un grand privilège d’être né et d’avoir grandi en Suisse, d’avoir bénéficié d’une bonne formation et donc des meilleures conditions possibles pour débuter une carrière professionnelle. En même temps, je considère aussi qu’il est de ma responsabilité d’utiliser mes capacités et mes aptitudes d’une façon intelligente, qui a un sens. Et pour contribuer à ma manière à la société, je consacre une partie de mon temps libre à des organisations caritatives.

Est-ce que vous jouez un instrument ?

Quand j’étais jeune, je jouais du piano, du saxophone et de la guitare. Je faisais partie d’un groupe qui a sorti quelques CDs et qui se produisait en concert. Ma carrière musicale a pris fin après mes études mais j’ai été très heureux de pouvoir accompagner mon fils au piano lorsqu’il a commencé la trompette il y a quelques années.

Quel fond d'écran avez-vous sur votre téléphone portable ?

C’est une photo de l’Eiger, que j’ai gravi lors de ma dernière randonnée alpine. Cette image me rappelle que les grands défis se relèvent un pas à la fois.