Portrait du mois

Kdm

«Manage local, invest global›, telle est la devise en matière de gestion de fortune institutionnelle.»

Foto Andrea Quapp kleiner

Andrea Quapp
Head GAM Investment Solutions Continental Europe

Andrea Quapp est Investment Director et Head GAM Investment Solutions Continental Europe. Elle exerce son métier de gérante de portefeuille dans l’Asset Management depuis plus de trente ans, dont près de vingt ans chez GAM Investments, une structure de gestion active issue de Julius Baer Asset Management. Auparavant, Andrea Quapp travaillait chez UBS Asset Management.

 

Andrea Quapp, le succès, c’est quoi pour vous?

Des clients heureux et satisfaits, qui nous ont choisis comme gérants de fortune. Ces clients apprécient que nous répondions à leurs besoins, que nous appliquions une stratégie ciblée et que nous leur assurions un accompagnement actif par nos conseils et nos suggestions. Le succès, bien entendu, suppose aussi que la performance soit au rendez-vous – et qui dit performance dit travail d’équipe, c’est-à-dire une approche collaborative à laquelle tout le monde contribue avec enthousiasme. Sans oublier une touche d’humour et le plaisir d’atteindre ses objectifs, qui sont des éléments non négligeables du succès. J’ai l’impression que dans mon environnement, ce mix fonctionne bien, en tout cas il est pour moi une source de motivation quotidienne.

Quel est votre moteur?

Je me demande qu’est-ce qui interagit avec quoi et comment, quelles sont les influences réciproques entre un événement et un autre, mais aussi en quoi tout cela se répercute sur la société, sur l’économie et, bien souvent, sur la nature. Comment avoir de l’impact par nos actions présentes? Et sur quoi? Répondre à ces questions au regard de l’évolution des marchés financiers, c’est passionnant. S’y ajoute le moteur propre à mon activité d’Investment Manager, à savoir trouver une allocation des actifs compétitive, qui dégage une performance supérieure à la moyenne sur tous les aspects – y compris, de plus en plus, les aspects ESG. Pour cela, j’ai ma boussole personnelle: l’intégrité, l’honnêteté, la confiance sont pour moi des valeurs cardinales et donc des moteurs.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus – et le moins – dans votre travail?

Gérer l’imprévisible, c’est ce qui me plaît le plus. Cela nécessite un esprit sportif et le sens du défi, qui représentent pour moi la motivation à l’état pur. J’aime aussi collaborer avec des collègues afin de trouver, dans la mesure du possible, des solutions optimales pour nos clients. A cet effet, il faut être vigilant et s’intéresser de près à l’actualité mondiale car toutes les informations sont pertinentes, pas seulement les données. Qui a le pouvoir, qui a de l’influence, quelles implications cela peut-il avoir sur les marchés des capitaux? Y a-t-il des innovations et quel est leur rôle dans l’économie et la société?

Selon vous, quelles sont les questions dont les responsables politiques et les autorités devraient s’emparer sans tarder?

Les responsables politiques devraient s’attacher à réduire la fracture sociale et les turbulences actuelles en faisant prévaloir un système démocratique libéral. Quant aux autorités, j’aimerais que dans toutes leurs propositions concernant des lois et/ou des ordonnances, elles intègrent le bon sens propre à une organisation libre du marché. Le dogmatisme tue l’évolution.

Pendant vos loisirs, qu’est-ce qui est pour vous un facteur d’équilibre?

Avant tout, le sport. Les virées à VTT avec des amis le week-end, mais aussi les grands voyages à moto pendant les vacances – y compris par exemple jusqu’au cap Nord et retour – me rappellent sans cesse que pouvoir mener une vie saine est un magnifique cadeau et qu’il y a beaucoup à apprendre des autres cultures.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui débute dans l’Asset Management?

Fixe-toi des objectifs, essaye de les atteindre avec courage et engagement, considère les fluctuations du marché comme des opportunités. Reste à l’écoute des avis divergents, ne prends rien pour acquis, sache que tu es loin de tout savoir et sois modeste. Mais surtout n’oublie jamais: le marché des capitaux a toujours raison! Tôt ou tard, tu en feras l’expérience. Je souhaite aussi à tous les jeunes qui débutent – et qui restent trop peu nombreux – de le faire dans un environnement aussi motivant que celui grâce auquel j’ai pu évoluer et m’épanouir.

Quelle est votre destination de voyage préférée?

Le parc national du Ngorongoro, en Tanzanie. Si vous avez vu «Jurassic Park» au cinéma, vous aurez une idée des paysages qui vous attendent là-bas. C’est incroyable! Splendide!

Votre meilleur antidépresseur?

Comme je n’ai pas vraiment l’expérience d’épisodes dépressifs, je n’ai pas non plus de remède à indiquer. Bien sûr, il y a des jours où je n’aurais pas la force de déplacer des montagnes. Mais alors, passer un moment à refaire le monde avec quelques amis suffit à me remettre en forme.

Que faites-vous pendant un bref déplacement?

Des «brefs déplacements», j’en fais presque tous les jours... dans mon jardin! Le jardin, c’est pour moi une oasis de bien-être. Et comme vous le dira n’importe quel jardinier du dimanche, bricoler dans le jardin est un véritable facteur de détente. Là encore, le but importe moins que les moyens d’y parvenir. Les végétaux poussent et s’épanouissent, se métamorphosent au fil des saisons: il y a toujours quelque chose à découvrir. Les animaux de passage dans mon jardin sont intéressants à observer – les oiseaux, le chat de la voisine, et même toute la population des limaces et des escargots. Bien sûr, il y a les gentils et les méchants – et quand on voit apparaître la tête d’un renard à la fenêtre du salon la nuit, on revient à la réalité. Mais m’occuper d’un jardin jusque dans ses recoins les plus sauvages me passionne autant que d’observer et d’analyser les marchés des capitaux.

Si vous aviez le choix, dans quel pays aimeriez-vous vivre et pourquoi?

J’adore l’endroit pittoresque où je vis actuellement: le vignoble zurichois. Près de la ville, loin de son agitation. Maisons à colombages d’un côté, architecture contemporaine toute en vitrages de l’autre. Ce contraste est magnifique. Mais vivre sur la grande île d’Hawaï, de préférence à proximité du parc national des volcans, un jour ou l’autre ça pourrait avoir son charme! Là-bas aussi, la nature et ses variations sont fascinantes. Des plages de sable noir comme à Lanzarote, des volcans comme en Islande, une mer bleue comme à Capri...